Billes de Plume

... à la poursuite des idées simples... le Blog de Bruno Vildrac

Mois : avril 2019

Faire signe

Depuis l’incendie de Notre Dame, j’observe que les bons esprits, comme les esprits chagrins, se demandent si les flammes ravageuses ont un sens ? Les évènements qui viennent secouer la quiétude journalière déclenchent toujours des interprétations de toute nature, jusqu’à la démence..

La plus courante et la plus spontanée est celle d’un châtiment, divin ou maléfique, qui nous ferait comprendre que nous avons tort de nous comporter comme nous le faisons. Nous donnons, et sans aucune gêne, aux phénomènes naturels, un pouvoir qu’ils n’ont jamais eus.

Maintenant l’irrationnel se tient plus à carreau dans la vie quotidienne, mais dès que surgît l’imprévu, l’accident, l’effondrement, le raz de marée, la foudre, et tout ce que l’entropie produit de spectaculaire, il surgît de sa boîte pour nous méduser. Nous sortons des clous, et la grande foire aux signes commence !

Les experts en décodage des signes sont sans conteste … les religions. Elles voient du signe partout et dans les trois dimensions. Et pour être sûres de l’efficacité éternelle du signe, elles ont développé le concept de relique. Ainsi vous devriez être saisis de vertige devant la relique enchâssée.

Le spirituel a un énorme besoin de supports physiques pour convaincre de la véracité des hypothèses improuvables. L’imaginaire ayant une prodigieuse capacité à faire dire des choses différentes à un même fait, tout le monde se trouve avoir raison et tort en même temps, dès lors que a raison est envoyée aux pelotes.

Nous sommes tous émus par la destruction, parce qu’elle nous redit que l’insécurité demeure, malgré l’énergie que nous déployons pour que rien de fâcheux ne nous arrive. Les discours qui prétendent pouvoir apporter toujours et encore plus de sécurité dans nos existences, sont quelque part enfantins.

Ce qui fait signe aujourd’hui serait celui de notre immaturité devant la réalité. La nature ne produit pas de signe : elle nous offre de l’air, de la lumière, de l’eau de la terre. Et par la combinaison des quatre une planète admirable, de temps à autre cabossée par leur intrication.

Avons nous réellement besoin d’y ajouter des signes ?

A diffuser sans modération….

Les deux et lui

Le défaut originel de l’Europe c’est que les femmes n’ont pas réellement participé à l’élaboration de son traité constitutif. Ce fut une affaire de mecs.

60 ans après la CECA, ce manquement initial pourrait être corrigé par l’originalité du contexte actuel à propos du Brexit. Il est clair désormais que les 51 % de britanniques qui ont voté pour la sortie le l’UE ont été abusés par une présentation volontairement tronquée de la balance bénéfices/inconvénients. Par chance, ou par destinée, deux des trois plus grands pays européens sont actuellement dirigés par une femme. C’est la chance du siècle !

Si l’ Allemagne, la France et le Royaume Uni étaient actuellement dirigés par des hommes, la montée de testostérone aurait déjà provoqué un désastre. Le Brexit est suicidaire pour toute l’ Europe, car même le traité de 600 pages supervisé par Michel Barnier, ne peut anticiper ses effets réels. Fort heureusement Theresa May est en face d’Angela Merkel, ce qui singularise la position de Macron, qui aurait tendance à faire la leçon aux anglais, quand il a bien du mal à la faire chez nous. Le pays le plus mal en point de l’Europe continue à se poser comme le gardien inamovible de la conscience de l’humanité. – ce qui soit dit en passant est une échappatoire idéal pour botter en touche –

Nous atteignons encore une fois les limites de la démocratie qui demande à des adultes de se livrer à des analyses avant de voter, alors que les citoyens préfèrent, et de loin, exprimer leurs émotions et leurs à priori. J’oserai dire que sur un sujet aussi trapu à peine 5 % du corps électoral européen comprend les données de la donne.

Il est donc raisonnable que le Brexit ne se fasse pas. Et il faudra un jour remercier Theresa May pour ce qu’elle a enduré. Le fait qu’elle obtienne ce report est en soi un excellent résultat. Les élections européennes auxquelles vont participer les anglais diront quels députés européens ils veulent envoyer : des remainers ou des brexiters, that is the question ? Et cette fois ci il ne s’agira pas d’un referendum consultatif. C’est là où je regrette vraiment que le vote ne soit pas européen, c’est à dire que je ne puisse pas voter pour la liste anglaise des remainers !

Dans tous les cas nous devrons le sauvetage de l’Europe à deux femmes. C’est un clin d’oeil qui révèle également le dogmatisme de la parité homme /femme qui est l’exigence mathématique des crétins.

Tout n’est par perdu for l’honneur !

A diffuser sans modération…

© 2019 Billes de Plume

Theme by Anders NorenUp ↑