Billes de Plume

... à la poursuite des idées simples... le Blog de Bruno Vildrac

Auteur : admin1973 (page 1 of 4)

La bonne rentrée de Valérie P.

Nous allons faire un petit crochet par la gauche avant de revenir à droite et parler du bon été de Valérie Pécresse.

La gauche est en pleine forme. Elle sait qu’elle n’a aucune chance : c’est une situation idéale pour imaginer des programmes radieux. Après le 30 à Paris; Hidalgo peut faire encore mieux. Ils n’ont pas encore penser à limiter la vitesse des TGV….

Valérie a fait de très bons devoirs de vacances, et pour s’être déclarée 6 mois après lui, elle n’est plus qu’à 2 % d’écart de Xavier Bertrand. Un directeur sportif dirait qu’on est dans le timing.

La soudaine candidature d’Eric Ciotti, confirme que Valérie est dans le bon tempo. Ciotti roule manifestement pour une autre écurie que la sienne.

Michel Barnier, avec son indéniable sérieux, couvrira l’aile droite nostalgique des bienséances d’antan, et apportera volontiers son pactole à celle qui nous sortira des inefficaces schémas masculins.

Denis Payre sera bien utile pour réintroduire le réel dans les pieds des protagonistes, et signifier à tous que la trop grande proportion d’emplois publics est la cause mère de nos déclins.

L’enjeu pourrait bien se situer du cote des moins de 40 ans. Où seront les moins abstentionnistes ? A droite ou à gauche ?

Souvenon nous aussi que lss 4 % qui sont allés à Dupont Aignan, ont en fait élu Macron. Ils se sont crus malins de punir Fillon.

La question centrale revient à demander pourquoi Macron conserve -t-il encore des électeurs de droite, qui ont eu largement le temps de vérifier qu’il compense l’inexpérience par la séduction verbale.

C’est une véritable opportunité que de nous associer au succès d’une femme, afin de nous sortir de là.

A diffuser en une seule dose….

Margaret, Angela, et … Valérie… l

Le titre donne la réponse : je me réjouis à l’idée de supporter Valérie.

Les anglais ont eu Margaret, les allemands Angela… alors un grand pays comme le notre devrait le faire : une femme à la barre !

Je vais consacrer mes prochains billets au bénéfice que nous aurions d’imiter enfin nos deux grands voisins.

Certes il ne faut pas partir trop tôt dans l ‘aventure, mais rien n’interdit de jouer les influenceurs. Cela prend un peu de temps pour que le lecteur s’approprie l’idée que vous lui avez exposée. L’effet boule de neige commence avec très peu de flocons.

Depuis Giscard d’Estaing, les français ont désigné des personnalités très contrastées, souvent de justesse, dont aucune n’a eu le courage et l’opiniâtreté de Margaret et Angela.. Nos présidents ont tous préféré guider les consciences universelles, plutôt que de balayer chez eux. Toute l ‘Europe a évolué.

Les thèmes à scruter sont nombreux : les bonnes intuitions féminines, l’inexpérience de Macron, la stratégie d’évitement des gouvernants français, la vitalité du secteur privatisé, les contreurs de réformes, les prétentions excessives, les cohabitations sociétales, ….

Valérie challengera Marine, et pour notre bien.

A diffuser en plusieurs doses…..

Nota : tous les anti vacs acceptent d’être couverts par la sécurité sociale qui est par nature une solidarité entre tous : il faut donc leur demander d’y renoncer de leur plein gré. Logique.

La fabrique de freins à main….

Les diplômes de l’Ecole Naionale d’Administration sont gens de bonne compagnie, formés à l ‘excellence, et jouissent d’une sécurité coulée dans le meilleur béton.

D’où l’amusement de la suppression déclarée de l ‘ENA par le Président qui en est issu lui même. Pardon Président, ce n’est pas l ‘école qu’il faut supprimer, c’est ce qu’on y met dans le crane. Prendre le pouvoir sans prendre le risque.

En effet, depuis l’intention de départ en 1945, de former des fonctionnaires compétents, pour exécuter les décisions politiques, les diplômés ont petit à petit décidé de faire les deux. Et ont pris le pouvoir politique en douceur. La France est effectivement administrée au sens précis du mot, puisqu’ils détiennent désormais 95 % des postes décisionnels.

Or que fait fondamentalement une tête d’ administrateur, si différente de celle d’un manager ? Il crée de l’administrable, c’est à dire qu’il met notre vie en procédures, en décrets et en normes, et sous précautions Il élabore une complexité administrative. Si bien qu’après 50 ans, cette Ecole est devenu le premier producteurs de freins à main.

L’état d’esprit général est à la protection. Quand le boss a peur, la crainte déteint sur le moral.

La pandémie nous montre les effets directs de cet état d’esprit : toutes les décisions françaises ont été prises à contre temps. Pourquoi ? Parce qu »administrer c’est lent et confortable,, alors que décider c’est rapide et risqué. Nous avons donc systématiquement attendu que les autres pays fassent des choix, pour en mesurer les effets, et pour dire ensuite que les nôtres étaient mieux élaborés. Les administrateurs sont très susceptibles. Et Jean Castex , le premier.

L’arrêt ridicule de 4 jours de vaccination Astra Zeneka a produit un frein psychologique exactement contraire à notre intérêt. Le coût des effets de cette bourde est désespérant. En une phrase les administrateurs ont généré10 millions de sceptiques sur le vaccin de ce laboratoire.

Nous devrions créer l ‘Ecole Nationale de la Simplicité. Et surtout ne pas la confier aux administrateurs. qui seraient tout à fait incapables d’en composer le programme.

En ce moment, le MEDEF se montre beaucoup trop conciliant avec la fabrique de freins car elle détient les deux leviers : le bâton avec le contrôle fiscal et la carotte avec le PEG. La toute puissance.

La fabrique de freins à main devrait être démantelée, par l’obligation d’avoir exercé au minimum 15 ans dans l’industrie privée avant de diriger quoi que ce soit. Il n’ y aucun autre débat plus central pour nous libérer de cette emprise.

L’ Ecole Nationale de la Simplicité doit être créée par, les managers de talent. Heureusement nous en avons aussi. La simplicité est l’expression la plus aboutie de l’intelligence.

Tout le reste en découle.

A diffuser avec piqûre de rappel…

Nota : la provenance sociale des 1.750 candidats à l ‘ENA montre à quel point ils sont éloignés du monde de l ‘entreprise. Et depuis toujours.

Feu vert…pour l’humanité.

Pour dérider un pessimiste, ou un confesseur, je choisis de m’adresser aux optimistes. Avec eux, le ciel est plus souvent bleu. Si je vous dis que ça va bien, cela devrait déclencher une dose de sérotonine. Je suis de l’avis qu’effectivement cela va bien. Pour justifier de cette position bleue, je précise faire un distinguo entre l’humanité et l’homme.

Nous sommes capables de sortir de nos coquilles, de nos pelures d’opinions : cela relève de notre esprit critique , que l’expérience et la liberté devraient avoir aiguisé. Pour scruter la petite planète monde qui nous a offert son terreau de vie et nous a fait hominidés, après 4 milliards d’années de gestation

Afin de ne pas être seul à tenter ce court récit, la musique soutient ma plume. Classique au salon, country au bureau.

Prêts ?

En ce moment, dire que cela va bien est une affirmation un brin trop joyeuse, qui justifierait à elle seule d’être vacciné contre l’euphorie. L’envers de la médaille a la préférence du pessimiste; et pour ne pas trop heurter sa lucidité, citons d’abord les mots-chargés qui entravent notre quiétude, Ceux qui crèvent nos édredons de plumes.

Déprime, faillite, ruine, éruption, trafic, contagion, attentat, famine, désastre, Alzheimer, escroquerie, meurtre, poison, avidité, goujaterie, tromperie, torture, explosion, saccage, massacre, drogue, corruption, effondrement, pédophilie, carnage, chantage, banditisme, vol, viol, violence, jalousie, Avc, infirmité, crash, tsunami, pollution, gaspillage, avarice, idolâtrie, dévoiement, monopole, tyrannie, jobardise, alcoolisme, paralysie, complicité, fake news, esclavage, rapt, sadisme, falsification, spoliation, tricherie, dégradation, démence, jalousie, manipulation ………..

Voilà, le plus dur est passé. L’homme a trouvé un mot pour chaque avanie, turpitude de l’être, ainsi que pour la brusquerie de l’entropie naturelle.

Alors pourquoi l’humanité mérite le podium, alors que l’homme souvent déçoit ? Ma réponse tient à deux considérations, qui passent trop souvent sous le radar de notre attention. Nous avons besoin de réussir ce que nous entreprenons. Et ce besoin de réussir l’action envisagée est boosté par notre inventivité.

Illustrons la puissance de ces deux forces irrésistibles avec l’exemple du puits, bien bien avant les puits de pétrole. Remonter l’eau du puits est une action quotidienne, qui se trouve soudain facilitée par l’idée d’enrouler la corde autour d’un axe de bois, à l’aide d’une manivelle qui amplifie la rotation et réduit l’effort musculaire.

L’innovation est la conjonction du désir de réussir et donc d’imaginer une manière de faire, pour atteindre le but recherché : donner de l’eau au village tous les jours. L’arc est pensé par celui qui veut atteindre le gibier en augmentant la distance et améliorer ses chances. Ce que l’un a un jour conçu, profitera à tous demain. Chacun, à la mesure de son talent, augmente les savoirs dont il s’est nourri, modestement ou prodigieusement. Ainsi de suite en suite…. de la caverne à Mars explorer.

Cette force est irrésistible au sens où personne ne peut l’éteindre ou la contraindre. Elle est anthropologique. Même le tyran, qui veut briser liberté et inventivité, n’y parviendra, malgré les milliers de morts.

Si l’humanité monte sur le podium c’est qu’elle est l’expression synthétique de centaines de milliards d’actions entreprises qui ont toutes laissé un bénéfice, du plus minuscule au plus spectaculaire. L’humanité est à somme positive, définitivement.

Ce qui me conduit à considérer que ceux qui font vanité et jouissance de changer le monde, donc de reconfigurer l’humain, ont une très étriquée focale de lecture. Restons vigilants cependant, car ils peuvent être très intelligents, et savent se servir de stratagèmes. Le monde n’est pas à refaire. Tel qu’il est, il est le produit de ce que nous avons pu faire. Et pas de ce que nous aurions du faire, n’en déplaise aux prédicateurs qui prétendent avec les plumes de l’arrogance qu’ils savent noter le monde et l’homme.

,La lecture du monde qui soutient que ce pourrait être beaucoup mieux est un paravent qui déprécie le résultat époustouflant que l’humanité a atteint. Nos deux forces irrésistibles auront ridiculisé tous les grands cardinaux de la bonne-pensance plutôt qu’ils ne s’en doutent. Si vous ne les percevez pas, repérez ce qui et ceux qui dans votre environnement, ou vos influenceurs, vous noircissent le bleu.

L’humanité est à somme positive, depuis des milliers d’années.

Spring coming…

A diffuser en Optimie….

Nota : On peut s’énerver devant le foutoir organisationnel, français par exemple, tout en admirant les résultats de la convergence et du métissage des intelligences humaines.

Une dose de variante

J’ai promis à une amie du Haut de France, de lui rédiger un billet de ciel bleu, cousu d’optimisme, avec deux doigts de fantaisie, et un éclat de rire. Je bosse comme un fou, et il devrait être prêt pour le printemps.

Mais….j’ai les antivacs sur le feu…

Un quidam me raconte son cauchemar :  » en pleine séquence de sommeil profond, une infirmière déguisée en frelon, m’a vacciné au niveau du talon, contre le coronavirus. Depuis, je redoute de m’endormir car il y a une deuxième piqûre dans le protocole… »

Être contre, est aujourd’hui une tendance de fond qui fonctionne avec allégresse dans notre pays essoufflé. Le présupposé joue en faveur des Contres, car il sous-entend que vous avez pioché la question. Sinon votre honnêteté intellectuelle vous obligerait à mesurer vos affirmations. Les contre sont gens appliqués, car les sujets sont souvent si complexes, qu’ils vont chercher de gros calibres pour faire témoigner les « sachants ». Le sachant sait comment s’y prendre pour subjuguer le profane du haut de son expertise. Pauvre benêt, écoutes donc les gens qui savent…

Le biais de raisonnement motivé, consiste à sélectionner en priorité les avis extérieurs qui confortent nos impressions et nos croyances. A votre avis, si je veux convaincre de l ‘existence de Dieu, je fais témoigner un évêque, un moine bouddhiste, ou un animiste ?

Il y a donc des antivacs. Difficiles à coincer dans les cordes, cela renforce leurs certitudes sur le piège tendu par la main invisible… Avec eux, on peut seulement laisser trainer des questions, dans l’air ambiant, mine de rien, et attendre que la tisane infuse.

Savez vous combien le vaccin contre la variole, maintenant éradiquée, a sauvé de personnes ? – plus de 130 millions –

Refuseriez vous le vaccin contre la rougeole pour vos petits enfants ?

En cas d’accident grave savez vous ce que le chirurgien, qui tente de vous sauver la peau sur le billard, vous administre ?

En cas d’opération programmée, exigez vous de valider les prescriptions du médecin anesthésiste ?

La vitesse de propagation des informations biaisées et. des fake news repose sur la crédulité, et est cinq à six fois supérieure à celle des données exactes. Pourquoi ? Parce que la crédulité ne demande aucun effort, alors que l ‘analyse et la déduction en exigent beaucoup. ( cf L’excellent ouvrage de Gérald Brenner, Apocalypse cognitive )

Ce que l ‘antivacs ne veut pas admettre, c’est qu’il freine la recherche. La technologie de l ‘ARN messager, qui explique la rapidité de développement des vaccins actuels, ouvre bien d’autres perspectives. Le plus étonnant survient quand l’antivacs est absolument certain de ses croyances fondamentales, et tout aussi certain qu’il a raison de ne pas faire confiance.

En ce moment, une petite unité de l institut Pasteur envisge de produire un barrage à l’entrée des voies respiratoires, c’est à dire en imprégnant les muqueuses nasales par lesquelles les virus pénètrent dans notre organisme. L’idée est géniale, car si elle aboutit elle protègerait de la quasi totalité des virus. L’antivacs pourrait être Ko debout.

Comme je l’ai souligné, la rationalité ne convainc jamais l’anti. Il faut faire preuve de malice, séduisant déguisement de l’habileté. L’angoisse de l’ antivacs le bloque en haut de l ‘échelle. La solidarité et la cohérence de la vaccination de masse n’ont pas de prise sur son individualisme vigilant. Il veut être le seul rescapé du désastre.

Un nouveau contexte va cependant émerger bientôt, et tordre le bras des antivacs. Les pays qui auront le plus rapidement atteint un grand pourcentage de vaccinés et fait chuter le taux de mortalité, exigeront très probablement le passeport vaccinal. Obligeant peu à peu tous les autres pays à s’y conformer. L’isolement guette le craintif.

Steven Pinker, éminent psycho-sociologue d’Harvard, mentionne qu’au cours du siècle écoulé, les découvertes d’une centaine de chercheurs, dont en premier les vaccins, ont permis de préserver cinq milliards de vie humaines. Cinq milliards….

Nous savons que dans toute population, il y a une partie irréductible de méfiants prêts à croire au piège maléfique, et cela recommence bien sûr à chaque génération. Croire c’est en fait et très littéralement adhérer de son plein gré à l’invérifiable. Sur quantité de sujets, le cerveau humain a une appétence pour la croyance.

Souvenez vous que la terre fût plate pendant très longtemps…

A diffuser masqué….

Bruno Lu Naire

En 2015, j’avais trouvé Bruno Le Maire gonflé de s’attaquer à Nicolas Sarkozy pour devenir le patron des Républicains. Il avait fait 29 % des voix des adhérents, ce qui n’est pas mal, si on tient compte de la Sarkomania qui enveloppait ce parti, et l’enveloppe encore.

Aujourd’hui, en janvier 2021, mon regard a baissé d’un intervalle. Ce ministre peut sans doute écouter, avec quelque jubilation retenue, qu’il serait le meilleur en dehors du Premier. Lequel est occupé à d’autres justifications tarabiscotées. L’un émet de la dette, l’autre édicte les interdictions, et les deux se félicitent.

Mais…BLM vient d’écrire un livre. Me concernant, je ne pourrais que m’en féliciter : la symphonie de l ‘écriture a besoin d’instrumentistes de l’encrier. Cependant je suis irrité que notre Ministre des Finances, qui supervise quatre ou cinq autres Secrétaires d ‘état, estime légitime de publier un livre en ce moment. Qui plus est sur les coulisses du noyau nucléaire du pouvoir élyséen. Ce n’est même plus une faute de goût : c’est de l’immodestie sans écorce. Restons courtois.

Aurait-il oublié que coté détresse un cinquième des français est en sur-dose ? Et qu’un vingtième sera marqué au fer de la désespérance. Afficher de la sorte qu’on a en plus le temps d’écrire alors qu’on est le maître tout puissant de la dette abyssale, et du PGE , baguettes magiques de vies ou de morts sociales. La France protégée qui n’a pas perdu un Euro dans cette sinistre affaire, ne se rend plus compte. Si le loisir du Ministre est d’écrire, il n’a pas le loisir de l’afficher. Clemenceau l’aurait tancé, ou même viré, pour cette impudence.

Et dans le même temps, il y ajoute une faute majeure sur le plan de la cohérence économique. Bloquer une alliance d’entreprises – Carrefour / Couche-Tard – au nom de la sécurité alimentaire. Une énorme joke ! Un ministre qui ne mesure plus comment la valeur se crée, et interfère comme un Prince, doit assumer les conséquences à terme. Si son ambition est d’aller encore plus haut, il vient de casser un barreau !

De ma petite plateforme de citoyen lambda, je m’autorise la démocratie participative et publiante, sans redouter le courroux de ceux qui n’aiment pas se faire asticoter par le plébéen. Deux groupes de Français doivent avoir de la retenue, pour ne pas dire de la tenue : les retraités, dont je suis, et tous les fonctionnaires d’état et des collectivités locales qui ont une sécurité salariale et d’emploi de tous les instants. Et parmi lesquels il faut compter la grande gueule insoumise !

J’ai testé la suceptibilité des ARS, en les questionnant sur l’incohérence des critères retenus pour les priorités de vaccination. Les personnes souffrant d’affections respiratoires chroniques n’ont jamais été contactées par leurs pneumologues ni la sécurité sociale, ni personne. Entrez dans la file comme tout le monde et prenez un ticket. Par contre si la presse nous aide à faire un Ram Dam du diable, alors tout d’un coup le Préfet surgît pour défendre la grande maison.

Bruno Lu Naire, aura passé du temps pour faire l ‘ange, alors que nous avons tous les yeux rivés sur la manière de s’y prendre de nos voisins. La performance que nous attendons n’est pas celle qui nous est vendue de force : c’est celle qui met en oeuvre la somme des intelligences disponibles pour tracer le meilleur sentier de résolution de la crise, et avant tout le monde. On en est bien loin Messieurs les susceptibles.

Parmi mes destinataires, je sais qu’il en est un qui saura expliquer à notre ministre que ça gronde dans les rangs. Il se reconnaîtra.

A diffuser sans vous démasquer…. !

Nota : mon prochain thème sera consacré à la vaccination : les anti vont se faire remonter les……

Précision : merci à ceux qui ne sont pas intéressés par ces Billes de Plume, de me le dire, afin que je retire leur adresse : liberté chérie.

Secouez le cocotier

Voici le message adressé, par mail, ce lundi matin 4 janvier 2021 à la Présidence de la République.

Cette fois ci vous avez le choix : le diffuser ou le diffuser.


S’adresser à un service de la Présidence

Votre message :


A l’attention de M. Alexis Kohler, Secrétaire Général

Monsieur,

Très factuellement , le Président de la République, aura gagné ou perdu la prochaine élection présidentielle durant les quatre semaines de janvier 2021.

Electeur de 75 ans , et prêt à la vaccination, j’observe avec consternation la cacophonie qui règne au niveau décisionnel, depuis des mois.

Il est vain que le Président affirme à la télévision que nos décisions sont bonnes quand les chiffres disent tout l’inverse.

Deux écueils redoutables : la préférence pour la complexité et la hantise de l’erreur.
Le résultat : une compréhension à posteriori  : les experts du  » on aurait du….

Comment est-il imaginable que les médecins généralistes n’aient pas été déjà autorisés à vacciner ?
Vous savez depuis des mois qu’un vaccin serait disponible.
La gabegie d’il y a 10 ans, est à nouveau en route.

Je peux même considérer que ce mail fera sourire un conseiller, tant le décrochage avec le réel n’est plus perçu.

Nous sommes des dizaines d’actifs âgés à avoir ce sentiment. 
Vous nous désespérez.

Avec mes considérations attristées.

Bruno Vildrac

De la valeur de l’inutile

Réjouissez vous chers amis et contemporains, je vais faire pour vous l’apologie de ce qui est parfaitement inutile.

Ah bon ? Mais oui cher ami, l’inutile a de l’importance, je dirai même plus, il est devenu d’une grande importance. Cette année 2020 nous en a privés. L’essentiel, nous l’avons eu : nous avons stocké de l’essentiel car nous avons eu peur d’en manquer. Les jours passant, nous avons peu à peu réalisé que l’essentiel était ailleurs que dans l’essentiel.

L’inutile, si essentiel, est indéfinissable, mais il est. 2020 nous a chipé ce quelque chose. Cette années nous a coupé les ailes, car elle nous a demandé de nous prémunir de notre contagion potentielle. Or tout notre équilibre repose justement sur notre contagiosité. Nous sommes des animaux de la plaine, de la colline, de la montagne et du rivage. Nous avons besoin de faire troupeau. Socialement différenciés, mais humainement dépendants. Tous, sans aucune exception. Robinson Crusoë survit parce que Vendredi est là.

Nous avons tous besoin de boire un verre avec Vendredi, de nous taper un bon petit gueuleton avec Françoise, Vincent, Paule et tous les autres. De surfer sur l’inutile d’une rencontre. De continuer à bridger avec cet abruti qui a laissé filé 4 coeurs, de refaire une dernière fois la piste noire avant la nuit, de savoir que l’andouillette se fait au vin blanc, de parler du Goncourt, de visiter le Kerala et Chicago, d’aller aux puces, au théâtre, au cinoche, au cirque du Soleil…. pourvu qu’il y ait… du monde. Pitié, du monde, du monde ou je m’étiole !

Notre indépendance sociale n’a plus de saveur si elle n’est pas assortie de notre dépendance sociale. Même si nous ne sommes pas tous dans les mêmes enclos, c’est quand les barrières sont levées que de la gentille pagaille de nos sourires et de nos frictions, de nos clins d’oeil et de nos maladresses… surgît une atmosphère de désordre, naturel.

L’inutile, a pris une valeur inestimable, car nous pourrions, comme l’écologiste en soutane, renoncer à tout ceci, et tout focuser sur l’essentiel. ( focuser est un néo- anglicisme dont la seule utilité est de prouver que vous êtes du bon enclos, et bien polarisé sur l’essentiel… )

Réjouissez vous de cette future capitulation de l ‘essentiel devant l’inutile, dont le poids économique vient d’être perçu à sa valeur réelle. L’homme moderne travaille laborieusement et sérieusement pour avoir accès à de l’inutile, car effectivement un quignon de pain, un os et un verre de vin ont suffi quotidiennement pendant des siècles. Le temps, que notre intelligence de roseau pensant nous fait gagner, nous le réaffectons à l’inutile,

Votre bouchon de champagne est le messager de l’inutile, conservez celui de 2020 dans le tiroir de votre histoire.

C’était le clin d’oeil de Billes de plume, déjà branché sur du 2021 volts. !

Aphorismes en papillotes…

Le confinement, nous fait visiter le grenier de notre cerveau.

Les maîtres à penser ne pensaient pas le devenir.

Nous avons, en moyenne, 6.500 pensées par jour. Achetez un compteur.

Être doué est très rarement suffisant.

90 ans ce n’est que…. 32.872 jours.

L’humour devrait être vendu en pharmacie.

La réussite est le cauchemar des envieux.

Personne ne pense à faire un régime de paroles.

La nature n’a pas les intentions qu’on lui prête.

Changer le monde est un alibi pour vaniteux.

Etre mieux dans ses baskets fait du bien aux autres.

Au final, je préfère Bashung …à Gaisnbourg

Le prochain coucher de soleil sera encore plus beau.

Halles…eluia !

Les mégalopoles seront survolées par des piétons. Soyez patients.

Un bon copain, c’est aussi nourrissant que du bon pain.

Il n’y a jamais eu deux humains identiques. Jumeaux compris.

La papillote sonorise notre gourmandise.

A diffuser avec les chocolats…

Le bonheur est dans le globe…

Depuis début 2020, le mot qui domine est celui de pandémie, avec son adjectif accolé : mondiale. Pandémie mondiale. Déduction logique : ce qui se répand est souvent dangereux. Méfiance, méfiance. L’époque est morose, surtout en France où l’optimisme passe de travers, et l’horoscope déprime.

Alors acceptons de jouer les Candides ; pour évoquer tout ce qui s’est répandu dans notre quotidien depuis l’an 2.000, et qui représente un foutu progrès. Un objet en particulier , et un seul, a pris une place capitale dans la société universelle mondiale : le smartphone. Cet objet, né dans l’imaginaire de Steve Jobs peu avant 2008, a désormais une dimension d’utilité individuelle, sociale, économique et sociétale que n’a jamais atteint aucun produit de toute l’histoire. A preuve, ce temps de confinement, sans smartphone, eut été quasi insupportable, au sens dépressif. Cet objet, a été validé et adopté partout sans qu’il soit nécessaire de forcer qui que ce soit. L’anticapitaliste qui appelle à la destruction du système propose quoi à la place ? Du ridicule des esprits médiapartisés qui veulent refonder le monde.

L’évidence de l’usage du smartphone étant établie – près de 400 millards d’applications ont été téléchargées – je souligne que Steve Jobs, qui a donc créé un bénéfice collectif mondial, était le fils d’un Syrien et d’une Suissesse, adopté par un couple de californiens, dont la mère était d’origine Arménienne. Morale de l’histoire : la diversité culturelle décuple le champ des audaces.

Le bonheur est dans le globe….low, low, low…

Voici venu aussi le low-cost. Le bas prix est entré dans nos pratiques. Là encore quelqu’un s’est dit :  » tout le monde prendrait l’avion, s’il était bien moins cher « . Le fabricant d’avions, Boeing puis Airbus, s’intéressait à la performance technique, financée par le prix des billets pratiqués par les Compagnies aériennes. Pas au passager. Depuis l’an 2.000 des centaines de millions de nouveaux passagers ont utilisé l’avion. Au passage, on peut souligner que la SNCF continue à bloquer les directives européennes sur l’ouverture à la concurrence, alors que ses employés utilisent Easyjet pour partir en vacances, Le low cost est un pétard contre la rente de situation : laquelle croque dans votre porte monnaie. Le low cost confirme la règle universelle : le prix est le maitre des horloges.

Le bonheur est dans le globe, et sur le globe coule Amazon.

Pourquoi Amazon s’est répandu aussi vite, avant la pandémie. La rapidité du développement confirme la pertinence de l’idée initiale. Si je crée une librairie numérique, non seulement je peux proposer tous les livres de tous les éditeurs, mais je laisse le stock chez eux, et je déclenche l’expédition postale ue fois réglé le prix. Et si je sais le faire pour un livre, je sais le faire aussi pour…. des millers, puis des millions d’objets. Amazon, c’est la logistique augmentée par le numérique. L’humanité ne roule pas contre les idées simples , au contraire elle les attend. Et pendant ce temps là Mélenchon vocifère et produit du ressentiment.

Jeff Bezos, créateur d’Amazon, a conservé le nom de son père adoptif un émigré cubain, qui avait accepté d’élever l »enfant que sa future femme avait déjà. Son père naturel avait eu Jeff à 18 ans. Morale de l’histoire confirmée : la diversité culturelle fertilise le champ des possibles.

Le bonheur est dans le globe, et la Tesla est en orbite…

Elon Musk, repreneur de Tesla et créateur de Space X, a fait mettre sa propre Tesla rouge sur orbite. Il a 49 ans, et depuis fin novembre 2020, c’est la deuxième fortune mondiale, au cours des actions de ses entreprises. Il s’est branché sur le futur depuis ses 15 ans, et il ne s’interdit jamais d’explorer un domaine. L’intelligence old school le craint comme le diable. Il ne demande rien à personne, ni au Pape ! Il vient de remplacer les lanceurs russes, pour rejoindre la station spatiale, et notre Thomas Pesquet montera dans une de ses fusées, récupérables. Il entreprend au sens originel. Il fait. Dommage qu’il ne soit pas venu chez nous. Trop tard pour faire un deal – échange , un Raymond Soubie, un Jacques Attali, et un Alain Minc, contre un Elon Musk –

Il a grandi en Afrique du Sud, de mère Canadienne et père Sud Africain, et s’est posé en définitive en Californie, dernière marche de la conquête de l ‘Ouest, et où dans les champs poussent des entreprises. Morale de l’histoire : si la terre d’accueil honore le risque, au lieu de s’en protéger, alors le bonheur n’est plus très loin. Et depuis tout ce temps là , Mélenchon and Co vitupèrent, et font semblant de dire qu’ils feraient tellement mieux. Le Gag à l’état brut.

Je remets deux pièces de plus dans la machine : le PDG de Google est indien, Sundar Pichaï, et celui de Microsoft aussi.

Vous avez bien lu : le bonheur est dans le globe, et pas dans la frontière, encore moins dans les oeillères nationales. Notre intérêt en face de la pandémie mondiale, l’intérêt global, serait que les réponses soient produites par les plus capables. Chaque pays croît pouvoir dire qu’il a les plus capables. Les faits ne le démontrent pas.

Le bonheur, au sens où il provient de l’amélioration continue du quotidien, est le produit de l’audace de certains individus qui posent mieux que personne les données du problème et décident de foncer. Vous devez produire les solutions que l’humanité espère.

Ou dans une forme inversée : plus vous avez de Mélenchonistes, moins vous y parviendrez.

A diffuser sans modération…. dans un rayon global….

Nota : Mélenchon n’est pas visé intuitu personnae, c’est la contagion de ses enfermements conceptuels qui est clairement nuisible.

« Older posts

© 2021 Billes de Plume

Theme by Anders NorenUp ↑