Billes de Plume

... à la poursuite des idées simples... le Blog de Bruno Vildrac

Mois : mai 2019

Edito européen

L’ édito du lundi matin européen, en mode gratuit.

1. Il est rassurant que les sondeurs se plantent sur quatre projections : cela signifie qu’une bonne part des électeurs pensent encore par eux mêmes.
( participation, score Jadot, score Bellamy, score Mélenchon )
2. Les  moins de 40 ans sont venus pour dire leur nouvel attachement  à une meilleure planète :  cette tendance est mondiale.
3. Chez les grands perdants, la défaite devient immédiatement « collective »  et la cause invoquée est magique : c’est pas à cause de nous… 
4. Il n’ y a plus de place pour deux au centre de l’échiquier politique , entre les populistes jaunes et les révolutionnaires rouges.
5. L’idée de réanimer, sur les décombres de pensées carbonisées, un front de plus contre Macron sera un suicide pour notre pays.

Il faut que cet homme, jeune, continue à parler vrai, et à contrer la langue de bois et le politiquement correct.

Nota :  Macron perçoit bien que 1 % c’est l’épaisseur du trait, comme les 1,27 % de Fillon au premier tour 2017, mais l’urgence n’est plus à la revanche.

Questions contre certitudes…

La médecine, les médecins, le CHU ont-ils fait le maximum de ce qu’il pouvaient faire pour ramener Vincent Lambert dans le vrai monde vivant ? La réponse est oui.

Son cas a-t-il été examiné avec attention par les médécins experts, les experts, les juges, les cours de justice ? La réponse est oui.

Les parents ont-ils faits confiance aux médecins pour le guérir ? La réponse est oui.

Les parents considèrent -ils que la femme de leur fils n’est pas concernée par le destin de son mari ? La réponse est oui.

Les parents croient-ils à une deuxième vie, éternelle, dans laquelle Vincent ne souffrirait plus du tout ? La réponse est oui.

La société a -t-elle, après 10 ans de soins, rempli son devoir d’assistance et de solidarité ? La réponse est oui.

Les accusations de mise à mort déguisée , d’euthanasie délibérée, de violence légale, etc… sont-elles de nature à dépouiller la société de son pouvoir d’appréciation au bénéfice de la seule volonté des parents ? La réponse est oui.

Faudra-t-il demander à chaque citoyen d’écrire sa volonté expresse en cas de perte définitive d’appéciation ?. La réponse est oui.

Pour le reste, bien optimiste serait celui qui oserait défier les croyances, l’invérifiable est bien trop confortable.

A diffuser sans modération

© 2019 Billes de Plume

Theme by Anders NorenUp ↑